Comité de solidarité avec les peuples du Chiapas en lutte

Accueil > Communiqués et déclarations de l’EZLN > Convocation à des actions disloquées le 8 mars

Convocation à des actions disloquées le 8 mars

samedi 7 mars 2020

Convocation à des actions disloquées le 8 mars par le groupe de femmes du CNI-CIG. 

Le 26 février 2020 

Aux concejalas/conseillères du Conseil Indigène de Gouvernement (CIG)

A toutes les compañeras du Congrès National Indigène (CNI)

A toutes les femmes qui luttent ou qui veulent se joindre à une lutte anticapitaliste et antipatriarcale,

En tant que groupe de travail « Femmes » du CIG, nous voulons rappeler les paroles de la commandante Yesica à la fin de son intervention de clôture de la seconde rencontre de femmes en lutte au Caracol « Tourbillon de nos paroles », dans les montagnes zapatistes en résistance et en rébellion, le 29 décembre 2019 :
 
Une dernière chose avant de terminer et de clôturer cette Seconde Rencontre internationale de femmes qui luttent.

C’est à propos du calendrier.

Nous savons que peu importe le jour, la semaine, le mois ou l’année, dans quelque endroit du monde, il y aura une femme qui a peur, qui est agressée, qui est portée disparue ou qui est assassinée.

Nous avons déjà dit qu’il n’y a pas de repos pour les femmes qui luttent.

Alors nous voulons faire ici, et à travers celles qui nous écoutent ou nous lisent ou nous regardent, une proposition d’action conjointe.

Ça peut être n’importe quel jour de l’année, car nous savons déjà comment est le système patriarcal qui ne se repose pas pour nous violenter.

Mais nous proposons que cette action conjointe des femmes qui luttent partout dans le monde soit le prochain 8 mars 2020.

Nous proposons que ce jour-là chaque organisation, groupe ou collectif fasse ce qu’il pense être le mieux.

Et que chacune nous portions la couleur ou le signe qui nous identifie, selon la pensée et la manière de chacune.

Mais que toutes nous portions un ruban noir en signe de douleur et de souffrance pour toutes les femmes disparues et assassinées partout dans le monde.

Pour qu’ainsi nous leur disions, dans toutes les langues, dans toutes les géographies et selon tous les calendriers :

Qu’elles ne sont pas seules.

Que nous avons besoin d’elles.

Qu’elles nous manquent.

Que nous ne les oublions pas.

Parce que nous sommes des femmes qui luttent.

Et nous ne nous vendons pas, nous ne nous rendons pas et nous ne cédons pas.
- 

Pour nous coordonner, nous vous invitons toutes à enregistrer les actions que vous allez réaliser dans le cadre de cette action commune sur le courrier :

encuentromujcni2019@gmail.com

Jamais plus un Mexique sans Nous

Groupe de Travail de Femmes du CNI-CIG

Source : Congrès National Indigène